Les Cahiers du GEPE http://cahiersdugepe.misha.fr Description de votre site fr Contacts http://cahiersdugepe.misha.fr/index.php?id=2877 Dominique Huck : huck@unistra.fr Odile Schneider-Mizony : mizony@unistra.fr mer., 24 févr. 2016 00:00:00 +0100 http://cahiersdugepe.misha.fr/index.php?id=2877 Liens http://cahiersdugepe.misha.fr/index.php?id=2878 http://lilpa.unistra.fr/gepe/ http://lilpa.unistra.fr/ mer., 24 févr. 2016 00:00:00 +0100 http://cahiersdugepe.misha.fr/index.php?id=2878 Équipe éditoriale http://cahiersdugepe.misha.fr/index.php?id=2849 Conseil de direction et Comité de rédaction Dominique HUCK  (GEPE, EA 1339, Université de Strasbourg) Odile SCHNEIDER-MIZONY (GEPE, EA 1339, Université de Strasbourg) Yannick LEFRANC (GEPE, EA 1339, Université de Strasbourg) Pascale ERHART (GEPE, EA 1339, Université de Strasbourg) Secrétariat de rédaction Dominique HUCK (GEPE, EA 1339, Université de Strasbourg) Yannick LEFRANC (GEPE, EA 1339, Université de Strasbourg) Pascale ERHART (GEPE, EA 1339, Université de Strasbourg) Conseiller scientifique Andrée TABOURET-KELLER (GEPE, EA 1339, Université de Strasbourg) Comité scientifique Membres du GEPE : Jean-Jacques ALCANDRE (Université de Strasbourg) Christine HELOT (IUFM, Université de Strasbourg) Claude TRUCHOT (Université de Strasbourg) Irini TSAMADOU-JACOBERGER (membre associé du GEPE, Université de Strasbourg) Membres extérieurs : Peter AUER (Université de Fribourg-en-Brisgau, Allemagne) Philippe BLANCHET (Laboratoire PREFics, Université de Rennes II) Anna BUTASOVA (Université Comenius, Bratislava, Slovaquie) Marisa CAVALLI (Institut régional de recherche éducative de la vallée d’Aoste [irreVDA]) Daniel COSTE (ENS Lettres et Sciences humaines, Lyon) Jean-Michel ELOY (Laboratoire d'Etudes sociolinguistiques sur les contacts de langues et la politique linguistique [LESCLaP], Université de Picardie, Amiens) François GAUDIN (EA LiDiFra, Université de Rouen) Laurent GAJO (Ecole de langue et de civilisation françaises, Université de Genève, Suisse) Jacques MAURAIS (Université d ven., 22 janv. 2016 00:00:00 +0100 http://cahiersdugepe.misha.fr/index.php?id=2849 L’enseignement du turc en France : école et collège entre deux projets nationaux http://cahiersdugepe.misha.fr/index.php?id=2842 Après quelques rappels sur la place du turc et des autres langues du groupe turc de la famille altaïque linguistique dans le monde, état des lieux de l’enseignement du turc par les Éducations nationales française et turque et présentation des enjeux de cet enseignement en France. Le turc, langue « académique » en France depuis 1995, donc susceptible d’être enseigné dans les établissements publics et choisi comme langue vivante pour les épreuves nationales, au même titre que l’anglais, l’allemand, l’espagnol ou l’arabe, est cependant peu soutenu. Le très faible recrutement des professeurs depuis 1995 pose un réel problème face à la demande des élèves, nombreux à opter pour cette langue. En l’absence de CAPES (Certificat d’Aptitude au Professorat de l’Enseignement du Second degré), ce recrutement est difficile et rend criante l’inadéquation entre l’offre pédagogique et la demande. Par ailleurs, le dispositif « ELCO » (Enseignement de Langue et Culture d’Origine), beaucoup plus présent, mais très mal intégré dans l’école, pose bien d’autres questions, toujours renouvelées, jamais tranchées. Peut-on ici réellement parler de « droit‑s linguistique‑s » ? The teaching of Turkish in France: elementary and middle schools at a binational crossroads. After a brief presentation of Turkish, Turkic languages and their relations to the broader Altaic language family, this paper describes the state of Turkish language learning in France and the collaboration between French and Turkish educational authorities in the matter. Turkish was recognized as an “academic” language in France in 1995. This means that it may be studied in public schools and chosen as a subject for middle and high school graduation, just like other modern languages (English, German, Spanish or Arabic, to name but a few). Yet Turkish is seldom taught. Too few teachers of Turkish have been hired since 1995; this has generated a genuine problem for many students wishing to learn the language. There is no state certification for teachers of Turkish, which complicates the recruitment process and furthers the imbalance between supply and demand. In the meantime, numerous ELCO agreements (Enseignement de Langue et Culture d’Origine) were signed between the two countries, but the weak integration of Turkish teachers within French schools raises a number of questions. Under such conditions, how may we speak of (a) language right(s)? Auf einige Angaben über die Stellung des Türkischen und der anderen Sprache der türkischen Gruppe innerhalb des altaischen Sprachzweigs in der Welt folgt eine Beschreibung des Unterrichts des Türkischen in dem französischem und dem türkischen Erziehungswesen. Auch die Herausforderungen eines solchen Unterrichts werden angesprochen. Als anerkannte Fremdsprache kann Türkisch seit 1995 in Frankreich in allen öffentlichen Schulen unterrichtet und als Fremdsprache bei allen nationalen Prüfungen gewählt werden, wie Englisch, Deutsch, Spanisch oder Arabisch; nur wird die türkische Sprache so gut wie nicht gefördert. Obwohl sehr viele Schüler das Fach ‚Türkisch‘ wählen, bleibt die Einstellungsquote von Türkisch-Lehrern äußerst gering, was den Türkisch-Unterricht in Schwierigkeiten bringt und den klaffenden Unterschied zwischen Unterricht-Angebot und Schüler-Nachfrage noch stärker hervorhebt. Die „ELCO“-Unterrichtsmöglichkeiten (Unterricht von Sprache und Kultur des Herkunftslands), die sehr häufig eingesetzt, doch nicht besonders gut in den Schulablauf integriert werden, stellt das Schulwesen vor andere Fragen, auf welche eigentlich nicht geantwortet wird. Kann hier von „sprachlichem/en Recht/en“ überhaupt die Rede sein? mar., 19 janv. 2016 00:00:00 +0100 http://cahiersdugepe.misha.fr/index.php?id=2842 Comment comprendre « droits linguistiques » ? Éléments de réflexion à partir de productions discursives politiques en Alsace au XXe siècle1 http://cahiersdugepe.misha.fr/index.php?id=2806 [Comment comprendre « droits linguistiques » ? Eléments de réflexion à partir de productions discursives politiques en Alsace au XXe siècle] À partir de trois moments particuliers de l’histoire sociopolitique et linguistique de l’Alsace (l’entre-deux-guerres ; l’immédiat après-Deuxième guerre mondiale ; la décennie « contestatrice » 1970-1980), il s’agit d’interroger des productions discursives politiques où les syntagmes « droits linguistiques », « droits à la langue », etc. apparaissent, pour tenter d’en comprendre à la fois la signification et la portée, en contexte d’abord, par comparaison et contraste des époques visées, ensuite. Par ce bref parcours, il s’agit de les questionner d’un point de vue historique et diachronique, de manière à voir si cet angle d’approche de l’analyse apporte des éléments permettant d’affiner le sens de « droits linguistiques », notamment par l’usage qu’en font les acteurs. Quel qu’en soit le résultat, l’objectif serait d’apporter une contribution à la réflexion sur l’articulation entre politique linguistique et « droits linguistiques ». [How can we understand "language rights"? Some observations made on samples of political discourse in Alsace in the twentieth century] By referring to three particular periods of the socio-political and linguistic history of Alsace (the Interwar years, the immediate aftermath of the Second World War, the « decade of protest » 1970-1980), we will submit to examination political discursive productions in which occur words related to « linguistic rights », « rights to language », etc., in an attempt to understand both their meaning and their scope, first in each context, then by comparing and contrasting the periods referred to. The purpose of this brief itinerary is to question these phrases from a historical and diachronic point of view in order to see if an analysis undertaken with this approach provides evidence to refine the meaning of « language rights », in particular through the use which actors make of them. Whatever the outcome, the aim would be to contribute to the reflection on the relationship between language policy and « language rights ». [Wie soll „Sprachrechte“ / „sprachliche Rechte“ verstanden werden? Überlegungen anhand von politischen Diskursen und Texten aus dem Elsass des 20. Jahrhunderts] In drei besonderen Abschnitten der jüngeren soziopolitischen und sprachlichen Geschichte des Elsass (1919-1939; die unmittelbare Nachkriegszeit [1945-1955]; das Jahrzehnt des Protests [1970-1980]) sollen politische Texte untersucht werden, in welchen Wörtergruppen wie „sprachliche Rechte“, „Recht(e) auf Sprache“, usw. vorkommen. Es geht darum, deren Sinn und Tragweite zuerst in ihrem Kontext zu verstehen, und dann im Vergleich untereinander zu untersuchen. Durch eine solche geschichtliche und diachronische Untersuchung soll festgelegt werden, ob eine solche Art und Weise, die „sprachlichen Rechte“ anzugehen, sinnvoll ist und es erlaubt, eine bessere Kenntnis der semantischen Werte zu bekommen, die die Benutzer jenen Wörtergruppen zuschreiben. Außerdem soll das Referat dazu beitragen, der Artikulation zwischen Sprachpolitik und „sprachlichen Rechten“ näher zu kommen. ven., 20 nov. 2015 00:00:00 +0100 http://cahiersdugepe.misha.fr/index.php?id=2806 Émergence de revendications linguistiques au travail : histoire et enseignements d’un conflit http://cahiersdugepe.misha.fr/index.php?id=2798 [Émergence de revendications linguistiques au travail : histoire et enseignements d’un conflit] Les entreprises qui s’intègrent dans un contexte international sont nécessairement confrontées à des questions de langues. Les observations réalisées montrent qu’elles les traitent en général de manière empirique, le plus souvent en ayant recours à l’usage de l’anglais, fréquemment imposé. Ce mode de traitement affecte les conditions de travail et engendre des conflits. Nous analyserons un cas de figure devenu emblématique, celui d’une filiale du groupe américain General Electric. Nous reconstituerons l’histoire du conflit tel qu’il est transmis dans la mémoire de l’entreprise et au travers des discours  institutionnels qu’il a générés. On verra ainsi comment s’est construite l’action syndicale face à un processus d’anglicisation, comment s’est dénoué ce conflit, par le recours à la justice d’abord, puis par un Accord auquel finalement direction et représentants des salariés ont abouti. Nous essaierons de comprendre les motivations de l’entreprise qui restent en grande partie opaques, examinerons les difficultés qu’il y a à construire une action syndicale et à formuler des revendications sur des questions de langues. Nous nous interrogerons enfin sur ce que peut représenter la notion de « droits linguistiques » dans un contexte où le « droit à la langue » est intimement lié aux droits sociaux et au droit du travail. [Emergence of linguistic demands at work: history and lessons of a conflict] Companies that develop in an international context are necessarily faced with language issues.  There is evidence revealing that they generally deal with them empirically, often by resorting to or requiring the use of English. This way of dealing with these issues affects the working conditions and leads to conflicts. We will analyze a case now emblematic, that of a company of the American group General Electric. We will retrace the history of the conflict as it is transmitted in the memory of the company and through the institutional discourse it has generated. Thus we will observe how trade unions faced with a process of anglicization proceeded to build an action, how this conflict was settled by recourse to justice first, then by an Agreement ultimately concluded between the management and the representatives of employees. We will try to understand the motives of the company that remain largely opaque, examine the difficulties of building a union action and formulate demands on language issues. As a conclusion we will have to wonder what may represent the notion of "language rights" in a context where the "right to language" is closely linked to social rights and labour laws. [Entstehen von sprachlichen Forderungen in der Arbeitswelt : Geschichte und Lehre eines Konflikts] Unternehmen, die sich international betätigen, haben notwendigerweise mit Sprachenfragen zu tun. Meistens gehen sie sehr empirisch mit Sprachen um, wie es aus der beobachteten Praxis hervorgeht, dabei wird meistens auf das sich oft aufzwingende Englisch zurückgegriffen. Diese Art und Weise, mit Sprachen umzugehen, wirkt sich auf die Arbeitsbedingungen aus und erzeugt Konflikte. Hier soll ein geradezu emblematisch gewordener Fall untersucht werden, derjenige einer Filiale des amerikanischen Konzerns General Electric. Die Geschichte des Konflikts soll hier anhand der im Unternehmen überlieferten Erinnerungen und der institutionellen Diskurse, die er hervorgebracht hat, dargestellt werden. Es soll aufgezeigt werden, wie die Gewerkschaften angesichts eines Anglisierungsprozesses gehandelt haben und wie sich der Konflikt aufgelöst hat, zuerst über ein Gerichtsverfahren, später über eine Abmachung, die von der Direktion und den Vertretern der Arbeitnehmer ausgehandelt wurde. Es geht darum zu versuchen, die undurchdringlichen Gründe zu verstehen, die das Unternehmen veranlasst haben, solche Maßnahmen zu ergreifen, die Schwierigkeiten zu erörtern, gewerkschaftlich zu handeln und dabei Forderungen, die eine Sprache betreffen, zu stellen. Zum Schluss soll überlegt werden, worauf der Begriff „Sprachenrechte“ zurückführen könnte, in einer Lage, wo „Recht auf eine Sprache“ aufs engste mit Sozialrechten und dem Arbeitsrecht verbunden ist. lun., 09 nov. 2015 00:00:00 +0100 http://cahiersdugepe.misha.fr/index.php?id=2798 Les origines insulaires des revendications linguistiques des Portoricains aux États-Unis http://cahiersdugepe.misha.fr/index.php?id=2801 En 1898, la colonie espagnole de Porto Rico fut conquise par les États-Unis en quelques semaines. Cette annexion marqua pour l’île et ses habitants le début d’une longue période de transformation politique, économique mais aussi linguistique, puisque l’anglais devint l’unique langue d’enseignement dès 1903. Les Portoricains se mobilisèrent contre cette politique linguistique jusqu’à son abandon en 1949. Ils revendiquèrent des droits linguistiques de nouveau dans les années 1960, mais cette fois-ci sur le continent, à New York, où ils réussirent à imposer l’enseignement bilingue dans les écoles new-yorkaises. Si plusieurs décennies séparent ces deux épisodes de lutte pour la reconnaissance de droits linguistiques, tous deux trouvent leurs origines dans une même histoire particulière: celle de Porto Rico au XXe siècle, un pays ni vraiment indépendant, ni vraiment colonisé et dont les habitants sont des citoyens nord-américains à part entière… sauf sur leur île. Le cas portoricain nous indique ainsi que les discours sur les droits linguistiques sont historiquement situés et qu’ils sont à rapporter à des revendications plus larges. [The insular origins of language-based claims of Puerto Ricans in the United States] In 1898, the Spanish colony of Puerto Rico was conquered by the United States in a few weeks. For the island and its people, U.S. annexation meant the beginning of a long period of political and economic upheavals. It also entailed an English-only policy officially inaugurated in 1903, when English became the sole medium of instruction in the island’s schools. Puerto Ricans mobilized against that language policy until its repeal in 1949. They fought for the recognition of their language rights in the 1960s again, this time not in Porto Rico but on the mainland, where they succeeded in extending bilingual education to the New York City school system. Several decades may separate these two struggles for the recognition of language rights. However, both find their roots in the peculiar history of Puerto Rico in the twentieth century, a country neither independent, nor colonized, which inhabitants enjoy all the rights and privileges of American citizenship… except on their home island. The Porto Rican case therefore suggests that discourses on language rights are historically situated and related to broader claims. [Los orígenes insulares de las reivindicaciones lingüísticas de los portorriqueños en los Estados Unidos] En 1898, la colonia española de Puerto Rico fue conquistada en pocas semanas por los Estados Unidos. Esta anexión marca para la isla y sus habitantes el principio de un largo periodo de transformación política, económica pero también lingüística, ya que el inglés se convierte en la única lengua de enseñanza a partir de 1903. Los portorriqueños se movilizaron contra esta política lingüística hasta su abandono en 1949. Nuevamente, en los años 1960, reivindicaron sus derechos lingüísticos, esta vez en el continente, en Nueva York, donde lograron imponer la enseñanza lingüística bilingüe en las escuelas neoyorquinas. Si varias décadas separa estos dos episodios de lucha por el reconocimiento de los derechos lingüísticos, ambos se originan en una misma historia particular: la de Puerto Rico en el siglo XX, un país no realmente independiente, ni realmente colonizado y cuyos habitantes son ciudadanos norteamericanos de pleno derecho…fuera de su isla. El caso portorriqueño nos enseña así que los discursos relativos a los derechos lingüísticos están situados históricamente y que se tienen que relacionar con reivindicaciones más amplias lun., 09 nov. 2015 00:00:00 +0100 http://cahiersdugepe.misha.fr/index.php?id=2801 Le Français Langue d’Intégration et le droit à la langue du pays d’accueil. Remarques sur un révélateur et un « politiseur » de débat http://cahiersdugepe.misha.fr/index.php?id=2803 [Le Français Langue d’Intégration et le droit à la langue du pays d’accueil. Remarques sur un révélateur et un « politiseur » de débat] Depuis 2011, une loi oblige les adultes migrants qui souhaitent obtenir la nationalité française, à justifier d’une connaissance suffisante du français, par une attestation que délivre un organisme labellisé FLI. Cette décision succédait à la présentation officielle d’un référentiel qui assimile le « droit à la langue » au « droit à la langue du pays d’accueil », au « droit à la formation linguistique », au « droit à la formation professionnelle » et au « droit à la formation linguistique et civique républicaine», et qui associe syntagmatiquement et sémantiquement les droits aux devoirs du citoyen. Le processus FLI a provoqué de vifs débats entre universitaires. Ces controverses ont révélé que des oppositions politiques traversent et structurent les champs des sciences du langage, de la didactique des langues et de la formation linguistique. Les conflits d’interprétations et de positions sur le FLI ont révélé de profonds désaccords sur la question de l’association/ acculturation des migrants, sur la langue nationale, mais aussi sur les définitions de la langue, de la société et de la République française. [French as a Language of Integration and the right to the host country language. Remarks on a revealer and a debate “politiser”] Since 2011 a law requires adult migrants who want to obtain French nationality to show proof of sufficient knowledge of the French language with a certificate issued by a “FLI” labeled organization. This decision followed the official presentation of a framework which equates the language right to the right of the host country language to the right of language training to the right to vocational training and to the right of a republican linguistic and civic training. Which associates syntagmatically and semantically citizen’s rights with citizen’s duties. The FLI process generated vigorous debates among academics. Those controversies revealed that latent political oppositions are crossing and structuring the scientific fields of language sciences, didactics, and language training. Conflicts of interpretations and positions over FLI revealed profound disagreements on migrants “association”/acculturation, on the national language, but also on the definitions of language, society and the French Republic. [Französisch als Integrationssprache [FLI] und das Recht auf die Sprache des aufnehmenden Landes. Bemerkungen zu einem aufschlussreichen und „politisierenden“ Faktor in der Debatte] Seit 2001 sind erwachsene Einwanderer gesetzlich verpflichtet, eine hinreichende Kenntnis der französischen Sprache nachzuweisen, wenn sie die französische Staatsbürgerschaft erwerben wollen ; der Nachweis muss von einer FLI-zertifizierten Organisation erbracht werden. Dieser Entschluss beruht auf der Veröffentlichung eines Referenztextes, der „Sprachrecht“ mit „Recht auf die Sprache des aufnehmenden Landes“ mit „Recht auf sprachliche Ausbildung“, mit „Recht auf berufliche Ausbildung“ und mit „Recht auf republikanische sprachliche und bürgerliche Ausbildung“ gleichsetzt, so wie er auch syntagmatisch und semantisch die bürgerlichen Rechte mit den bürgerlichen Pflichten verbindet. Diese Prozedur des FLI hat heftige Debatten in der akademischen Welt ausgelöst, die zeigen, dass politisch widerstrebende Kräfte sowohl Sprachwissenschaften, Sprachdidaktik als auch Ausbildung im Sprachenbereich durchkreuzen und formen. Die Konflikte um Auslegung und Stellungnahme zum FLI haben tiefe Unstimmigkeiten in der Frage der Eingliederung/ Akkulturation der Einwanderer offengelegt, zur Frage der nationalen Sprache, aber auch zur Definition von Sprache, Gesellschaft und französischer Republik. lun., 09 nov. 2015 00:00:00 +0100 http://cahiersdugepe.misha.fr/index.php?id=2803 Avant-propos http://cahiersdugepe.misha.fr/index.php?id=2740 L’un des axes de recherche fondateurs du Groupe d’Études sur le Plurilinguisme Européen (GEPE), la/les politique(s) linguistique(s), n’a cessé de faire l’objet de réflexions et de travaux de l’équipe dans la mesure où le champ de recherche, vaste et complexe, peut et doit encore être travaillé sous de nombreux angles. C’est ainsi qu’à l’automne 2010, le groupe de travail « Politique linguistique » du GEPE a commencé à interroger la question du/des droit(s) linguistique(s) et du droit à la langue, en invitant d’autres enseignants-chercheurs de la Faculté des langues de l’Université de Strasbourg travaillant dans un champ proche à réfléchir de concert à ces éléments. Le constat initial était le suivant : la catégorisation « droit linguistique » s’est désormais imposée comme objet d’étude collatéral ou comme catégorie typologique, notamment en sciences du langage. Cette présence récurrente appelait un travail d’analyse critique. La première piste fut celle d’une classification des droits linguistiques selon leurs justifications. Mais elle fut rapidement écartée au profit d’un questionnement qui semblait bien plus fécond et plus essentiel. Car la question de la justification de ce type de « droit » pose avant tout celle de sa genèse ou, plutôt, de la genèse de la catégorisation et de la dénomination « droit linguistique » : quand est apparu le syntagme et, peut-être, la notion de « droit linguistique » ? Et dans quelles circonstances ? Et, fondamentalement, qu’entend-on par-là ? ven., 25 sept. 2015 00:00:00 +0200 http://cahiersdugepe.misha.fr/index.php?id=2740 L’intervention de Bruno Maurer http://cahiersdugepe.misha.fr/index.php?id=2717 Bruno Maurer, professeur en Sciences du Langage à l’Université Paul Valéry-Montpellier III est un acteur de l’enseignement de langue en contexte plurilingue – le français en Afrique subsaharienne et à Madagascar, notamment – aussi bien qu’un expert consulté en matière de politiques scolaires dans divers pays, du Canada au Mali et de Djibouti au Costa Rica. Il ne peut guère être suspecté d’ignorer ou d’être réticent envers l’objectif de connaissance et diffusion de langues autres que la propre langue nationale. Son analyse des politiques récentes de plurilinguisme du Conseil de l’Europe en prend d’autant plus d’intérêt. Dans la mesure où Andrée Tabouret-Keller consacre un compte-rendu au livre de Maurer dans cette revue, nous insisterons plutôt sur la compréhension et le mode d’emploi de son ouvrage, tel qu’il nous l’a présenté au cours de sa conférence-discussion à Strasbourg en novembre dernier. Bruno Maurer s’est tout d’abord étonné que son ouvrage ait suscité peu de discussion et de commentaires dans l’espace éducatif, alors qu’il avait le sentiment d’avoir jeté un pavé dans la mare. Ce silence lui donne l’impression d’avoir parlé (ou écrit) dans du coton, sans que les destinataires n’accusent réception de ses idées, ne serait-ce que pour les réfuter. Il met cela en relation avec la difficulté d’identifier les énonciateurs des politiques linguistiques européennes, que l’on retrouve similairement dans la difficulté à remonter aux véritables auteurs de cet ouvrage au succès ven., 28 févr. 2014 00:00:00 +0100 http://cahiersdugepe.misha.fr/index.php?id=2717